Social/Syndicats
La société de classe existe !
Par M. Lievens le 17-07-2005
« Il n'y a plus de classes sociales"…. Cette formule fait florès non seulement parmi les managers et les néolibéraux mais aussi chez les sociologues. Et même s'il existait encore des classes sociales, disent-ils, elles n'auraient de toute manière plus d'impact politique, vu que tout tourne aujourd'hui autour des identités de genre, sexuelles ou culturelles. Lire ici
Prépensions: Retour aux sources
Par André Henry le 17-03-2005
La pré-pension était au cœur des négociations interprofessionnelles. Leur suppression n'est pas seulement l'une des panacées du patronat ; elle s'inscrit aussi dans les volontés du gouvernement. C'est donc l'occasion de dresser un historique de la pré-pension, dont l'auteur de ces lignes fut un pionnier, en se penchant sur l'esprit de la création de ce qui fut pour les travailleurs une [...] Lire ici
Charleroi : Appel pour un Forum syndical
Par Forum syndical le 17-01-2005
L'appel à la création d'un Forum Syndical s'inscrit dans la volonté d'ouverture d'un débat démocratique, permettant à toutes les couches sociales du monde du Travail de se réunir pour débattre de la situation sociale présente et future afin de déboucher sur des stratégies d'action. Lire ici
Le mouvement ouvrier face à l’emprise du management moderne: pour en finir avec la lutte des classes
Par Lionel Jacquot le 20-07-2004
Objet tombé en quasi-désuétude, la classe ouvrière ne fait plus recette dans les recherches sociologiques, comme si en voulant se départir de l’ouvriérisme universitaire, la communauté intellectuelle aurait jeté le bébé avec l’eau du bain. Or, cette invisibilité pose problème comme le soulignent Stéphane Beaud et Michel Pialoux dans leur Retour sur la condition ouvrière : « [...] Lire ici
Partage des richesses
Par Michel Husson le 18-07-2004
Tout projet cohérent de transformation sociale doit partir d’une analyse de l’un des traits les plus sinistres du capitalisme contemporain, à savoir le chômage de masse. Il faut, pour commencer, réfuter les fausses explications qui renvoient au coût du travail excessif et aux nouvelles technologies. C’est assez simple, puisque tout au long des « Trente glorieuses » - pendant lesquelles [...] Lire ici
Flexibilité : nous ne sommes pas des marchandises !
Par M. Lievens le 17-07-2004
Dans le cadre de la négociation d'un nouvel accord interprofessionnel, la FEB a présenté un "projet d'avenir" dont le titre séduisant est : " Stratégie 2010 : pour un nouvel élan et un avenir pour nos enfants". "Si nous ne faisons rien, alors les jeunes générations ne pourront plus porter en 2010 la charge financière d'une population vieillissante. La FEB veut aider à éviter cela ". Lire ici
La santé malade du néoliberalisme
Par M. Lievens le 17-07-2004
Le secteur des soins de santé est un des gros points sensibles de la sécurité sociale. Les dépenses ont doublé entre 1990 et 2002 dans ce secteur, tandis que le revenu disponible n'augmentait que de 51%. En 1995, le coût des soins de santé au sein de la sécurité sociale se chiffrait encore à quelques 10 milliards d'Euros. En 2004, ils monte à 16 milliards. Lire ici
40 heures! 42 heures! 50 heures! 60 heures!
Par M. Lievens le 17-07-2004
Plus que 4 millions de sans-emploi en Allemagne à ce jour. Et pourtant plusieurs patrons y lancent la revendication d'augmentation du temps de travail à 40 heures. La direction de Siemens a donné le "la". Après des mois de luttes, elle a conclu un accord avec le syndicat IG-Metall pour prolonger la semaine de travail de 35 à 40 heures dans deux de ses usines. Lire ici
Luttes de précaires et engagement
Par Evelyne Perrin le 17-07-2004
Les salariés, notamment les jeunes, soumis à des normes de travail flexible et à une dégradation de leur statut de travail sont de plus en plus obligés aujourd’hui de se défendre et de s’organiser non seulement au sein des syndicats, mais en marge de ceux-ci, en créant leurs propres instruments de lutte. En effet, les syndicats sont affaiblis par le développement des formes dites particulières [...] Lire ici
Une loi contre les discriminations
Par Albert Martens le 17-07-2004
Albert Martens, professeur de sociologie du travail à la KUL aujourd’hui retraité, soutient l’établissement de mesures contraignantes contre les discriminations racistes au travail. La gauche relaie ses arguments. Lire ici